Jean-Michel Frank : Un des principaux décorateurs français

Lorsque nous parlons de décoration, Jean-Michel Frank sera parmi les noms cités de par ses œuvres, style, surtout de la façon dont il s’est imposé dans le milieu sélectif de la décoration. Un parcours de renom, une personnalité qui suscite la curiosité, il est source d’inspiration pour les artistes modernes.

L’homme, l’artiste et ses amis

Né le 28 février 1895, à Paris, il est le fils d’un banquier juif allemand. Son parcours professionnel aurait été tracé depuis sa tendre enfance. Mais le décorateur français n’entend pas suivre les traces de son père dans le monde des finances, il s’est déjà préparé à sa passion. Il était attiré très tôt par le monde intellectuel et artistique. Parmi ses fréquentations nous pouvons citer Louis Aragon, Charles et Marie-Laure de Noailles ou encore Jean Drieu La Rochelle. Ses amis et ses proches le décrivent comme étant une personnalité taciturne et fugueuse, presque « insupportable ». En 1921, du haut de ses 26 ans, il décide de se lancer, en aménageant des appartements et des chambres de quelques hôtels privés appartenant à ses amis.

Son parcours en tant qu’artiste décorateur

Nous ne pouvons pas malheureusement tous mettre sur écrit toutes ces œuvres et ses créations. Toutefois nous pouvons en citer quelques-unes qui ont marqué son art et sa passion pour la décoration et la création mobilière. Sa réputation a débuté vers 1926, année où le créateur de mobilier a aménagé le grand fumoir d’un anti chambre et d’un boudoir d’un hôtel particulier de Charles Vicomte de Noailles. Il commençait alors à susciter l’intérêt des Parisiens pour son penchant pour le surréalisme. En effet, monsieur Jean-Michel Frank, optera pour se démarquer un style révolutionnaire et avant-gardiste pour son époque. Il adorait dépouiller les meubles, détourner les usages et bafouer les endroits pour en faire un vide reposant avec une tonalité apaisante.

Le style unique de ses œuvres

Il se disait qu’avec la nudité des lieux, nous pouvons provoquer un choc esthétique. Yves Saint-Laurent invoquait le grand fumoir des Noailles comme « la huitième merveille du monde ». Il affectionnait le mariage de matériaux nobles avec les ordinaires. Le décorateur de renom a toujours aimé travailler avec d’autres artistes pour le mélange d’art et de matière. Adolphe Chanaux, avec qui a-t-il pu créer des meubles comme le fameux fauteuil en cuir, Alberto Giacometti et Diego Giacometti avec qui il a créé des objets décoratifs et luminaires. Il s’est éteint aux États-Unis à New York.